Stung Treng 

Enterrement

3 fevrier 2007

A la recherche d un village ethnique dans un gros bourg de bokeo (a l’est de bam lum), l’epicerie resto et ses eternelles 3 generations travaillant ensemble.

-  un cimetiere tchunchiet (ethnique) c est perdu dans la foret et on y retourne jamais, on enterre les morts avec leurs affaires pour vivre et nous voila finalement rendu a Ka Toy, ou il y a eu un deces et la famille accepte que je les filme.
Pendant trois jours on danse, on boit autour du cercueil, difficiles discussions, les gens ne parlent que peu khmer, sauf la plus vieille dame qui est la responsable villageoise du reseau ethnique qui tente de defendre les droits de la terre... une seule photo au village (à venir), je n ai fait que filmer...

7 fevrier 2007

au retour du village de ka toi : moment de folie ...

trois jours au bout de nulle part ( meme pas fait de photos que filmer), un rond de bambous et, a l interieur, en cercle presque parfait 30 maisons en feuillages.. et la ruine de la case commune au centre. une ambiance indescriptible.. des familles vivant, mangeant, buvant, dormant autour de leur cercueil , une musique faite de 20 couvercles en metal qu on tape en harmonie, pas tres fort en tournant autour du mort et de la famille, des ribambelles de personnes qui dansent selon le rythme en rondes tenues serres, et de l alcool, toujours, toujours, toujours, et des arrets brusques : on tue un boeuf et le mange quasi instantanement et ca redemarre, nui et jour, 7 jours... et des gamins de 10 13 ans qui fument clope sur clope, ou pipe et il n y a pas d argent... j ai eu besoin d intermedes, partir au champ avec la vieille dame, quelle raconte un peu ce village, les combats actuels des ethnies, le sens des choses... les vieilles personnes ici ont 60 ans... et puis cela finit pour moi par un temps de magie de tournage : deux hommes improvisaient toujours dans cette reonde infernale, une chanson d amour qui dit lien entre vivants et morts...